Complete and prolonges suppression of symptoms and consequences of alcohol-dependance using high-dose baclofene : a self-case report of a physician

In : Baclofène, Documents, Posted by on Août.08, 2011

Olivier AMEISEN – Alcohol & Alcoholism Vol. 40, No. 2, pp. 147–150, 2005

« Aims : To test whether the dose-dependent motivation-suppressing effect of baclofen in animals could be transposed to humans, and suppress craving and sustain abstinence.
Methods: Neurologists safely use up to 300 mg/day (10 times the dosage currently used for alcohol dependence) of high-dose oral baclofen, to control spasticity, in order to avoid invasive therapy. I am a physician with alcohol dependence and comorbid anxiety. I self-prescribed high-dose baclofen, starting at 30 mg/day, with 20 mg increments every third day and an (optional) additional 20–40 mg/day for cravings.
Results: Cravings became easier to combat. After reaching the craving-suppression dose of 270 mg/day (3.6 mg/kg) after 5 weeks, I became and have remained free of alcohol dependence symptoms effortlessly for the ninth consecutive month. Anxiety is well controlled. Somnolence disappeared with a dosage reduction to 120 mg/day, now used for the eighth consecutive month. Conclusions: High-dose baclofen induced complete and prolonged suppression of symptoms and consequences of alcohol dependence, and relieved anxiety. This model, integrating cure and well-being, should be tested in randomized trials, under medical surveillance. It offers a new concept: medication-induced, dosedependent, complete and prolonged suppression of substance-dependence symptoms with alleviation of comorbid anxiety. »

But : Tester si l’effet dose dépendant de la suppression du désir de boire par le baclofène chez les animaux pouvait être transposé à l’homme, et ainsi réprimer le craving et maintenir l’abstinence.
Méthode : Les neurologues utilisent en toute sécurité jusqu’à 300 mg/jour (10 fois la dose actuellement utilisé pour la dépendance à l’alcool) de baclofène par voie orale, pour contrôler la spasticité, afin d’éviter un traitement invasif. Je suis un médecin avec une dépendance à l’alcool et de l’anxiété comorbide. Je me suis prescrit du baclofène à haute dose, en commençant par 30 mg / jour, avec des augmentations de 20 mg tous les trois jours et une dose supplémentaire (optionnelle) de 20-40 mg / jour pour les cravings.
Résultat : le craving est devenu plus facile à combattre. Après avoir atteint la dose de 270 mg / jour (3,6 mg / kg) après 5 semaines, je suis devenu et resté libre des symptômes de dépendance à l’alcool sans effort durant neufs mois consécutifs. L’anxiété est bien contrôlée. La somnolence a disparu avec une réduction de la posologie à 120 mg / jour, maintenant utilisé depuis huit mois.
Conclusion : le baclofène à haute dose induit une suppression complète et prolongée des symptômes et des conséquences de la dépendance alcoolique, et l’anxiété est soulagée. Ce modèle devrait être testé dans des essais randomisés, sous surveillance médicale. Il propose un nouveau concept: d’origine médicamenteuse, dose dépendent, la suppression complète et prolongée des symptômes de dépendance à l’alcool ainsi que la réduction de l’anxiété comorbide.

 Case Report Olivier Ameisen

No comments for this entry yet...

Comments are closed.