L’évaluation du coût social de l’alcoolisme en France

In : Documents, L'alcool en Europe, Posted by on Août.08, 2011

Thérèse Lebrun Chercheur Inserm, président-recteur de l’université catholique de Lille Bernard Selke Chargé de recherche au Cresge (Université catholique de Lille) – adsp n° 46 mars 2004

« De nombreuses études ont été consacrées à l’évaluation des coûts que génère l’alcoolisme pour la collectivité.
Ces travaux s’intègrent pour la plupart dans le cadre de la problématique de l’abus de drogues et se basent sur la méthodologie des études du coût de la maladie.
L’abus peut être défini comme toute situation dans laquelle la consommation d’alcool produit des effets défavorables pour le consommateur et/ou pour les autres individus de la société. En termes économiques,
Collins et Lapsley [1] définissent l’abus de substance psychotrope comme toute consommation qui implique un coût social net, en plus du coût d’acquisition de la substance.
Les études sur le coût de l’abus d’alcool sont intéressantes pour les décideurs en santé, les politiques et les chercheurs.

Elles peuvent être utilisées pour informer le public et le monde politique du fardeau que constitue l’alcoolisme et ainsi suggérer des priorités de recherche.
Soins, décès prématurés, criminalité, accidents de la route…
Elles fournissent aussi des éclairages sur les interrogations suivantes :

 – Quel recours aux soins est nécessaire pour traiter l’alcoolisme et ses conséquences ? Pour quel coût ?
– Combien de personnes décèdent-elles de l’alcool ? Quel est le coût de ces décès prématurés ?
– Quelle est la criminalité en lien avec l’alcool ? Quel coût implique-t-elle ?
– Quel est l’effet de l’alcool sur les accidents de la circulation ? Quel coût cela engendre-t-il ?… »

L’évaluation du coût social de l’alcoolisme en France 

No comments for this entry yet...

Comments are closed.