L’addiction, une maladie cérébrale chronique à part entière

In : Dépendance, Documents, Posted by on Août.08, 2011

WASHINGTON (AP) — L’addiction est bel et bien une maladie chronique du cerveau, selon une nouvelle définition de la Société américaine de médecine de l’addiction (American Society for Addiction Medicine), destinée à aider proches et soignants à mieux comprendre les enjeux de son traitement.

Cela est vrai qu’il s’agisse d’alcool, de drogue, d’addiction au jeu ou de troubles du comportement alimentaire, précisent les auteurs de cette nouvelle formulation. Et comme pour les autres maladies chroniques, troubles cardiaques ou diabète, le traitement de l’addiction est une affaire de longue haleine.

Cette nouvelle définition a été saluée par les professionnels. Ainsi, estime le Dr Nora Volkow, directrice du National Institute On Drug Abuse (NIDA), elle pourrait inciter plus de médecins généralistes à dépister les signes de dépendance chez leurs patients.

Selon NIDA, 23 millions d’Américains auraient besoin d’être traités pour une addiction, mais seuls deux millions le seraient.

L’addiction est généralement décrite par ses symptômes comportementaux: la phase d’excitation, le manque, et les choses que les gens font pour obtenir la première et éviter le second.

La nouvelle définition ne contredit pas les recommandations standard fondées sur ces symptômes, mais vient spécifier que « le problème comportemental est le résultat d’un dysfonctionnement cérébral », explique le Dr Nora Volkow.

Selon elle, la rechute n’est qu’une complication normale d’une maladie chronique, ce que médecins et proches doivent prendre en compte.

« Vous avez des membres de la famille qui disent: ‘tu as été en cure de désintoxication, comment peux-tu te droguer à nouveau?’ La pathologie cérébrale persiste des années après que vous ayez arrêté de consommer une drogue ».

L’addiction, une maladie cérébrale chronique à part entière

No comments for this entry yet...

Comments are closed.