Témoignages de guérisons

In : Informations, Posted by on Août.08, 2011

A l’aide des données récoltées auprès de certains prescripteurs, ainsi que les témoignages récoltés sur internet,  j’ai pu estimer à au moins un millier de personnes traitées à ce jour en France par le baclofène.

Mais si l’on en croit les chiffres de l’AFSSAPS, Il y a beaucoup plus que cela :

Prescription hors AMM. « L’AFSSaPS a recensé à peu près 20 000 prescriptions de Liorésal® qui seraient, compte tenu des posologies utilisées, probablement en rapport avec l’alcoolo-dépendance. Le phénomène de la prescription hors AMM s’il est en augmentation, reste donc malgré tout limité », explique le Pr François Paille.

La publication d’Olivier Ameisen et Renaud de Beaurepaire Suppression de la dépendance à l’alcool et de la consommation d’alcool par le baclofène à haute dose indique 88% de guérison à 6 mois

La thèse de Constance Alexandre, mentionne 80% de personnes rentrant dans les normes de consommation de l’OMS à un an (14 verres par semaine pour les femmes et 21 verres pour les hommes) Alcool et baclofène : Etude de 132 personnes suivies pendant un an en ambulatoire

Enfin Philippe Jaury dit ceci concernant l’étude qu’il va réalisée prochainement « Notre hypothèse est que le placebo marche à 20% et que le baclofène marche entre 40 et 50% »

Cela fait beaucoup de guérisons potentielles ..

Quelques témoignages :

Mireille

« Polytox depuis ma plus tendre adolescence ….., Cuite à 13 ans, chichon, héro, speed ball, néocodion (comprimés et bouteilles en vente libre à l’époque),  subutex ,  AD + thymorégulateurs + anxios, mélange alcool + médocs ….etc …
J’ai tenté les AA, X cures de sevrages (hospitaliers, Calme (nous en reparlerons), HP etc ….) RIEN A FAIRE !!
J’ai « tenu  » 9 mois de privations,  flashs, pulsions and so on ….
Long travail psy depuis mes 18 ans …. (injonction thérapeutique) ….et j’ai découvert le Baclofène depuis plus de 5 mois !! MIRACLE !!!
Dose seuil 8Omg , INDIFFERENCE TOTALE à TOUS PRODUITS !!

Effets secondaires : très légère fatigue , c’est tout !

J’ai aussi trouvé un nouveau psychiatre toxicologue, qui me sèvre de tous les médicaments qui me muselaient la parole !
Oh grand Ponte …. Merci à vous !
Quand « on » a enfin trouvé le bon psychiatre, « on » est prêt à voir le jour !!
  »

Catherine

« Mars 2010 : nième rechute, nième hospitalisation. Mon médecin me propose un traitement Baclofène quoi ? Bon, bon, pourquoi pas!
Comme toujours je me pose quelques questions élémentaires et je tente d’y répondre seule pour ne pas être « sous-influence »
Et si ce nouvel espoir se solde encore par un échec? Après tout, chaque tentative m’a apporté quelque chose (AA, lettres de Fouquet, vidéos Phares …) Et les effets secondaires? Tu plaisantes là, tu veux que je t’énumère ceux de l’alcool, des benzos ? Et si c’était une nouveauté « labo » comme le rimonabant ? Quoi ? générique ? Utilisé depuis 40 ans? Ben alors ça profite à qui ?
Olivier Ameisen ? vu son parcours, ce ne sont pas les ventes de son livre qui vont lui rapporter  et cet ouvrage est plus scientifique qu’il n’y paraît  quelle biblio!

Mon médecin ? Pour l’instant il prescrit hors AMM, il a 30 patients pour qui ça marche. Peut-être qu’il veut simplement respecter son serment d’Hippocrate « […] Je ferai tout pour soulager leurs souffrances […] Je n’entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me sont demandés[…] »
Je serais folle de ne pas lui faire confiance!
Depuis deux mois de cette collaboration (mon médecin, le baclofène et moi) je continue à me tenir informée : les témoignages du forum, les publications…
J’en oublie même parfois l’essentiel…
Ca marche pour moi !!!!!!!!

Je pourrais faire la liste de ce que j’ai gagné, de ceux que j’ai soulagés (moi la première) mais je préfère une simple métaphore :
Docteur, j’ai retrouvé la vue! Je me vois dans le miroir et même si tout n’est pas parfait … j’aime bien ce que je vois. Merci docteur. »

Claire

«  Issue de parents alcooliques et baignée depuis la petite enfance dans un milieu empreint d’alcool et de violence, mes parents en sont décédés lorsque j’avais 16 et 18 ans. Circonstances dramatiques. Dès que j’ai entamé ma vie de femme, j’ai très vite compris que j’étais très fragile. Le moindre coup de cafard me dirigeait vers la bouteille. Mais j’ai géré, je suis devenue Maman à mon tour, et c’est lorsque que mon couple s’est déchiré, en plus de gros ennuis de santé, que je suis devenue moi-même alcoolique.

Durant 6 longues années j’ai cherché à m’en sortir seule. Au mois de septembre 2009 j’envisageais sérieusement d’en parler à mon médecin (qui ne se doutait de rien) et d’entrer en cure. Puis, j’ai eu dans les mains l’article du professeur Ameisen parlant de son traitement au Baclofène. Tout s’est enchaîné, les recherches, le forum « alcool et baclofène ». Je peux dire aujourd’hui que ce traitement m’a sauvé la vie !! C’est pour moi un long parcours, depuis octobre 2009, par manque de connaissance de mon médecin, qui n’a d’ailleurs pas voulu dépasser l’AMM.

Entre temps, j’ai trouvé un médecin prescripteur, je suis allée jusqu’à des doses de 230 mg /jour. Mais je ne trouvais pas l’indifférence attendue et souffrais beaucoup des effets secondaires.
C’est en octobre 2010, un an plus tard, que j’ai décidé de descendre mon dosage. J’ai trouvé mon compte entre 120 et 140mg/jour, dose à laqelle je suis encore.

Je gère très bien l’alcool, à la maison et en société. Il m’arrive de prendre une bière ou un verre de vin sans que ce ne soit la dégringolade! Je me sens bien dans ma tête, dans mon corps. J’ai retrouvé une vie saine, sereine, ma petite famille se porte à meveille!  »

Extrait de l’article de Sciences & Avenir 

« Yves, Franck, Pierre-Olivier… Comme eux, ils sont désormais des centaines à témoigner de la réussite pour eux-mêmes du baclofène. Avec quel taux de réussite ?

Au moins 50% à en croire plusieurs prescripteurs, soit un résultat totalement révolutionnaire si l’on considère le désert thérapeutique dans le traitement de l’alcoolisme. Mais ce chiffre est impossible à vérifier car ce médicament ne dispose pas d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour traiter l’addiction. Il se délivre donc sous le manteau et ses effets ne sont pas officiellement suivis.

Mais s’ils se confirment, les effets bénéfiques du baclofène annoncent des bouleversements majeurs dans le paradigme de l’alcoolo-dépendance.

A commencer par faire voler en éclats l’affirmation selon laquelle la volonté suffirait à réduire la dépendance. Une assertion sur laquelle sont fondés la plupart des traitements actuels, malgré un taux d’échec des cures de sevrage estimé entre 70 à 90% après un an…

Si, contrairement à ce que l’on pense, l’alcoolisme n’est pas une affection où prédomine un déterminant psychologique mais une maladie avec une très forte composante biologique, le mécanisme d’action du baclofène (voir infographie) permettrait de supprimer enfin la pulsion irrésistible dont sont
esclaves les alcooliques et, au-delà, les personnes dépendantes : «le craving».
»

Les témoignages en ce sens se multiplient. Dès lors qu’un patient peut entamer un protocole, augmenter les doses palier par palier jusqu’au jour ou l’indifférence à l’alcool cette envie irrépressible qui a bien failli le réduire à néant, s’il n’avait pas trouvé un médecin prescripteur compatissant.  »

Traitement de l’alcoolisme, arrêter l’alcool, dépendance à l’alcool, traitement pour arrêter l’alcool, aide pour l’alcoolisme,j’ai décidé de prendre du baclofène pour arrêter de boire de l’alcool, besoin aide pour arreter de boire, je veux arreter de boire, Comment faire pour arrêter de boire, j’ai besoin de m’arrêter de boire, on peut s’arrêter de boire, urgence d’arrêter de boire. Arrêter de boire – je lutte contre l’alcoolisme, l’alcool, vous en êtes où, j’aimerai arreter de boire, medicament pour arreter de boire, le baclofene arreter boire avec le baclofene, je veux arreter de boire, prend du baclofen, je vais stopper l’alcool, je cherche un prescripteur de baclofene

No comments for this entry yet...

Comments are closed.