• baclofene@baclofene.org

L’alcool en Europe et dans la société française


L’alcool est lié à l’histoire de l’humanité, à peu près tous les peuples ont fabriqué une forme ou une autre de boisson alcoolisée à partir de  raisins, pommes, canne à sucre, patate, betterave, etc. Les observations archéologiques laissent penser que la vigne est apparue dans le Sud-Est asiatique il y a 9 000 ans.

Dans l’Antiquité, le vin remplace le sang et les sacrifices humains offerts aux divinités. Homère l’évoque dans l’Iliade et l’Odyssée. La Bible  fait référence au vin près de 150 fois, le premier miracle du Christ a été de changer l’eau en vin aux noces de Cana.

Ajoutons que, dans notre société, la vente  d’alcool est florissante. Les alcooliers savent par leurs publicités, atteindre des publics diversifiés et stimuler la vente de leurs produits.

Bien des familles sont inquiètes devant la menace de la drogue, cependant l’usage abusif de l’alcool est considéré comme naturel, et très souvent banalisé.
Bien des individus ne perçoivent pas combien l’alcool consommé longtemps et à fortes doses est un toxique beaucoup plus dangereux que le cannabis,  plus destructeur en nombre de vie que l’héroïne et plus lourd de conséquences que le tabac.

Pays viticole par excellence, l’alcool et plus particulièrement le vin, est omniprésent dans la société française.

« Boire de l’alcool » est souvent une manière d’officialiser un événement ou de marquer la division entre le travail et les loisirs. Atteindre et même rechercher l’ivresse, sont également des comportements caractéristiques, voire symboliques des différentes cultures des pays européens. Associé à la fête, l’alcool accompagne tous les événements marquants de la vie : naissances, mariages, pendaison de crémaillère, pots de de départs, d’arrivée ou de retraite, succès, etc.

La filière alcool est un marché florissant. 20% du vin dans le monde est produit par la France. En 2017, la France a exporté 199 millions de caisses de vins ou d’alcool fort dans le monde avec un chiffre d’affaires est de 12,9 milliards d’euros. Comme en Europe, l’activité liée à la production et la distribution d’alcool dispose d’un poids très important dans l’économie nationale et génère également des recettes fiscales.

Mais de façon qui semble claire pour les auteurs de cet article, l’alcool coûte plus cher à la collectivité qu’il ne rapporte. De plus le coût indirect essaie de tenir compte de la valeur attribuée à la souffrance et plus généralement à la vie humaine en comptabilisant les années de vie « gâchées » à la suite des dommages de l’alcool (maladies, accidents, délits et crimes).

Depuis plusieurs décennies, la consommation d’alcool en France est en diminution régulière : la consommation annuelle d’alcool pur a ainsi baissé de moitié entre 1960 et aujourd’hui.Malgré cette diminution, la France reste parmi les pays les plus consommateurs, au 4e rang des pays de l’Union européenne et au 6e rang mondial.