• baclofene@baclofene.org

Pourquoi le déni

La consommation excessive d’alcool et l’alcoolisme, ne sont pas des sujets neutres à aborder, ils nous renvoient à nos propres représentations par rapport à l’alcool. Quelqu’un qui boit trop est perçu comme un être faible, sans volonté.

Le déni, est un mécanisme de défense finalement assez ordinaire et compréhensible. L’alcoolisme est une maladie honteuse et difficile à soigner, il est donc plus facile pour tous, le malade comme l’entourage de faire comme si de rien n’était.

De plus la culture française entretient le déni sur les dangers de l’alcool, qui est pourtant une drogue. L’alcool et notamment le vin sont valorisés, il « suffit » d’en consommer raisonnablement. Le consommateur excessif n’a alors qu’une chose à faire : minimiser sa consommation pour rentrer dans le rang, se considérer et être considéré comme quelqu’un de normal.

Je ne bois pas plus que les autres, mes copains, mon beau frère, jamais le matin, le week-end seulement, parfois la semaine mais rarement …

On explique souvent le déni par les sentiments de honte, et culpabilité, que pourrait ressentir le malade. Se reconnaître alcoolique mènerait la personne à croire et à avouer aux autres ce que lui-même pense des alcooliques : ce sont des êtres méprisables, monstrueux, dégoûtants. Ainsi en exigeant de l’individu qu’il reconnaisse son alcoolisme, on ne lui demande rien de moins que de s’avouer en dessous de tout.

Souvent, même le médecin de famille ferme les yeux et ne répond pas aux timides questions de la personne dépendante qui s’interroge sur sa consommation en hausse, l’enfermant dans un mensonge qui au fond arrange tout le monde.

Lorsque l’excès d’alcool entraîne trop de conséquences négatives, la souffrance apparaît. Elle peut être physique, psychique, entrainer des difficultés avec son conjoint, sa famille, ses relations professionnelles.

Contrairement à ce que l’on pense souvent, au moins au début de son histoire avec l’alcool, le malade perçoit ces difficultés et les relie à sa conduite d’alcoolisation. L’analyse qu’il porte sur lui-même, comparée aux images qu’il a de l’alcoolique (ivrogne, clochard, tyran domestique) provoque une prise de conscience et une auto-critique.

Il s’agit bien évidemment d’un jugement très négatif où se mêle honte, culpabilité et rejet de soi. Cette perception va pousser la personne à se prouver et à prouver aux autres qu’il n’est pas identique à cette image. La meilleure façon d’y parvenir est de se prouver qu’il n’est pas alcoolique, qu’il peut s’arrêter de boire quand il le souhaite. Malheureusement, une fois dépendant, le malade ne peut plus contrôler sa consommation et le déséquilibre initial s’aggrave.

Au fur et à mesure du développement de son alcoolisme, le malade alcoolique prend de plus en plus l’habitude d’éluder le problème chaque fois qu’il se trouve confronté à des situations pénibles liées à l’alcool. Cela aboutit à encore plus de problèmes non résolus et à une prise d’alcool pour essayer d’y faire face. La spirale infernale commence, problèmes : alcool, alcool : problèmes …

Tout ceci aboutit à une grande solitude : le malade lutte afin de ne pas reconnaitre son alcoolisme et boit en cachette. Il peut même arrêter de boire pendant un laps de temps, et s’étant prouvé qu’il peut arrêter, il se remettra à boire avec moins de culpabilité : je peux m’arrêter quand je le souhaite. Ceci durera tant qu’il n’aura pas reconnu son problème et tenter de le résoudre, tant qu’il ne sera pas sorti du déni.

Cécile :

« Pendant toute la période où je buvais, j’ai été dans le déni sans le savoir car ce mot n’évoquait rien pour moi. J’ai commencé adolescente avec les surprises-parties, puis continué ensuite tout naturellement dans ma vie de femme par un alcoolisme mondain qui est vite devenu quotidien. Pour moi c’était naturel et le côté répétitif de mes prises d’alcool ne me gênait en rien. Quand le monde où je vivais a basculé, c’est à dire quand ma famille s’est retrouvée du jour au lendemain sans rien, j’ai bien évidement continué à boire. Là, encore cet état de fait me semblait naturel, il me fallait bien me donner du courage pour affronter les choses, en cela l’alcool était mon allié »

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,